Publications

« Médiateur(e)s en santé : une approche reconnue, un métier à promouvoir »

Colloque du 12 décembre 2016, AŠAV –  juin 2017

C’est bien pour améliorer l’accès aux droits, à la prévention et aux soins, que la médiation a été inscrite comme une mesure de la Loi de modernisation de notre système de santé, promulguée en janvier 2016.

La publication des actes du colloque « Médiateur(e)s en santé : une approche reconnue, un métier à promouvoir » de l’association pour l’accueil des voyageurs (AŠAV) retrace les échanges qui ont eu lieu lors du colloque organisé avec les membres du Programme National de Médiation Sanitaire, le 12 décembre 2016 à Paris. Dans ce contexte législatif renouvelé mais aussi dans la perspective des référentiels de la Haute Autorité de Santé, cette  journée, dédiée à la médiation dans le champ de la santé, a permis de penser collectivement les conditions de sa reconnaissance. Rassemblées dans ces pages, les interventions de médiateurs, d’acteurs associatifs ou institutionnels, de professionnels de santé, reviennent sur les plus-values de la médiation comme interface pour faciliter les conditions de rencontre et de compréhension entre habitants et système de santé. Elles débattent des éléments existants et à venir, qui sont nécessaires pour que les médiateurs exercent leur métier de manière neutre, indépendante et pérenne.

Retrouvez les actes du colloque 2016 ici.

« Un programme national de médiation sanitaire – De l’expérimentation à la généralisation »

Article paru dans le n°52-53 de la revue Études Tsiganes « Citoyenneté, mobilité et territoires »

« Comme pour d’autres publics connaissant des conditions de vie précaires et des barrières à l’accès aux soins, les acteurs de terrain ont fait le constat d’un état de santé globalement très préoccupant des populations roms migrantes. Les difficultés d’accès à l’assurance maladie, le manque d’information des personnes sur le système de santé, la barrière de la langue, les ruptures de soins, le manque  d’information des professionnels de santé sur les conditions de vie des personnes, le manque d’éducation à la santé sont autant d’obstacles à l’accès à la santé de ces personnes en France. (…) 

La phase expérimentale du programme s’est déroulée de 2011 à 2012, après une année consacrée à réunir les conditions nécessaires à sa mise en oeuvre. Durant deux ans, trois associations locales ont mis en place des actions de médiation sanitaire auprès d’environ 150 femmes roms et de leurs jeunes enfants, sur quatre départements en France : l’Aréas dans l’agglomération lilloise, Médecins du Monde dans l’agglomération nantaise et l’AŠAV dans le Val d’Oise et à Bobigny. Chaque médiateur a suivi une quinzaine de foyers. »

Lire la suite (p 181-189)

État des lieux des actions de santé menées auprès des Gens du voyage – Réseau Fnasat-Gv 2012-2013

Cet état des lieux national des actions de santé auprès des Gens du voyage en situation de précarité a été réalisé par la coordination du programme en lien avec les structures du réseau FNASAT-Gv (Fédération Nationale des Associations Solidaires d’Action avec les Tsiganes et les Gens du voyage). Il constitue la première étape d’une réflexion commune visant à adapter et élargir le programme en direction de ce public, en adéquation avec les réalités du terrain.

Télécharger l’état des lieux santé Gdv – AŠAV

 

« La médiation, pour l’accès à la santé des populations précarisées : l’exemple des Roms »

Colloque du 14 décembre 2012 au Ministère des Affaires Sociales et de la Santé, AŠAV –  juin 2013

Ce colloque a été l’occasion de présenter les résultats de l’évaluation et les préconisations du programme national de médiation sanitaire coordonné par l’AŠAV, en collaboration avec des structures associatives membres du collectif Romeurope. Entre 2011-2012, des actions de médiation sanitaire ont été conduites sur quatre sites pilotes en France, auprès des femmes et jeunes enfants roms migrants vivant dans des conditions de grande précarité. Elles avaient pour objectif d’améliorer l’accès aux droits, aux soins et à la prévention et de faciliter les relations entre professionnels et usagers.

Cet évènement a permis également de réunir des acteurs associatifs, institutionnels et universitaires afin d’éclairer le débat sur les enjeux de la médiation sanitaire auprès des populations précarisées à partir des questions suivantes : Quel médiateur pour quelle action ? Quelle formation pour les médiateurs ? Quel cadre professionnel pour les médiateurs?  Quel cadre institutionnel pour la consolidation de la médiation ? Ces échanges se sont attachés à dégager des perspectives d’action pour la reconnaissance du métier de médiateur.

Retrouvez les actes du colloque 2012, ici.

 

« Un programme de médiation sanitaire en direction de femmes et de jeunes enfants Roms en France »

J-Y. Grall et N. Goyaux (Direction générale de la santé), L. El Ghozi et J. Rustico (AŠAV)

Article paru dans Les Archives de Pédiatrie : Hors série , pp.280-281, juin 2012, Société française de pédiatrie

« Comment permettre l’accès durable à la prévention et aux soins des populations roms migrantes présentes sur le territoire français ? Quel accueil peut être réservé par ces populations, caractérisées par l’instabilité et la mobilité des groupes qui les composent, à des actions des médiation dans le domaine de la santé ? Quelles interventions proposer qui prennent également en compte la diversité des lieux de vie et des contextes locaux ? Les premiers résultats d’un programme multicentrique reposant sur la médiation sanitaire mettent en évidence une amélioration de l’accès à la prévention et aux soins de femmes et d’enfants roms. »

Lire la suite (pp.280-281)

 

« Quelle médiation pour améliorer l’accès aux soins des Roms migrants en France ? »

Article paru dans la revue Etudes tziganes n° 41-42, co-écrit par les associations porteuses du projet médiation.

« Depuis 2010, les associations signataires de cet article se sont impliquées dans la mise en place d’un programme expérimental de médiation santé auprès de femmes et jeunes enfants roms, vivant en squat ou bidonville. Ces associations sont toutes membres du Collectif national droits de l’Homme Romeurope, créé en octobre 2000, à Paris, à l’issue du colloque « Roms, Sintés, Kalés, Tsiganes en Europe. Promouvoir la santé et les droits d’une minorité en détresse », qui présentait les résultats alarmants d’une recherche-action pour la promotion de la santé menée à l’initiative de Médecins du Monde (MdM) en 1998-1999 dans six pays d’Europe de l’Ouest, dont la France.

Parmi les revendications que ce collectif a portées depuis le début figurait la nécessité d’une meilleure prise en compte des difficultés d’accès aux soins des populations roms étrangères vivant en France, à travers notamment le développement d’expériences de médiation santé. A l’issue d’échanges approfondis et dans l’optique de vérifier la pertinence de ces préconisations, la Direction générale de la santé a soutenu en 2008-2009 une action d’ingénierie de projet conduite par le collectif Romeurope, dont l’objet était de préfigurer la mise en place d’expériences pilotes de médiation sanitaire en direction des Roms vivant en France en situation de grande précarité.

Au moment où ces expériences commencent tout juste de démarrer, depuis fin 2010, sur quatre agglomérations (Bobigny, Fréjus, Lille et Nantes), le présent article propose un retour sur les principaux questionnements
et débats qui ont eu lieu entre associations pour tenter d’identifier, en amont de ces projets de médiation, les écueils possibles liés au contexte d’intervention choisi, celui de squats et de terrains habités par des populations issues d’une migration récente, vivant dans des conditions de grande précarité et fortement stigmatisées. »

Lire la suite (pp 72-87)

>>> Article disponible en anglais >>>

« What kind of mediation would improve access to healthcare for Migrant Roma in France? »

Article published in Etudes tziganes n° 41-42, co-written by associations: AREAS, AŠAV, Comité d’Aide Médicale, Médecins du Monde, Sichem.

« Since 2010, the associations which are signatories to this article have been involved in setting up an experimental health mediation programme aimed at Roma women and young children, living in squats or shanty towns. The associations are all members of the Collectif National Droits de l’Homme Romeurope (Romeurope National Human Rights Group), which was set up in Paris in October 2000, at the end of the symposium on “Roma, Sinti, Kale and Gypsies in Europe. Promoting the health and rights of a minority in distress”, which set out the alarming results of a research initiative for health promotion instigated by Médecins du Monde in six Western European countries including France in 1998-1999.
Right from the start, one of the demands made by this group was the need to improve the way that difficulties in gaining access to healthcare by foreign Roma populations living in France are dealt with, in particular through the development of experiments in health mediation. At the end of in-depth discussions from the point of view of checking the relevance of these recommendations, the Direction Générale de la Santé (Directorate-General for Health) supported a project engineering initiative carried out by the Romeurope group in 2008-2009, the goal of which was to prefigure the introduction of pilot health mediation experiments aimed at vulnerable Roma living in France.
As these experiments have only just been starting to get underway in four urban areas (Bobigny, Fréjus, Lille and Nantes) since late 2010, this article suggests taking a look back at the main questions and debates which have taken place between associations in order to attempt to identify, prior to these mediation projects, the potential pitfalls relating to the chosen environment in which the work takes place, i.e. the squats and camps inhabited by populations who have recently migrated, living in highly vulnerable conditions and facing serious stigma. »

Read more (pp 72-87)