Bonjour à toutes et tous,
La coordination du programme, associée aux structures membres, a le plaisir de vous faire part de sa deuxième lettre d'information.
Bonne lecture !

Les médiatrices témoignent de leur rôle dans l’action de prévention contre la coqueluche en septembre sur un bidonville à Saint-Ouen (93).


Par Roxana Albu-Mercier et Elena Steluta,
médiatrices santé pour Première Urgence Internationale, en Île-de-France


« Suite à l’alerte à l’épidémie de coqueluche donnée par Médecins du Monde à la fin de l’été, nous avons organisé une intervention en urgence sur un bidonville situé sur la commune de Saint-Ouen. Plus de 300 personnes dont un nombre important d’enfants y habitaient.
Plusieurs acteurs de droit commun - l’Agence Régionale de Santé et le Conseil Départemental du 93 - et associatifs - Première Urgence Internationale, Médecins du Monde et l’Association Départementale pour la Santé des Femmes - se sont mobilisés pour mener à bien cette intervention.
Elle s’est déclinée en deux étapes : l’administration d’un traitement prophylactique aux personnes très vulnérables, tels que les enfants de moins de 6 ans et les femmes enceintes, suivie d’une campagne vaccinale. La mise à disposition des vaccins a été assurée par le Conseil Départemental 93. Une centaine de personnes ont pu ainsi bénéficier d’une prise en charge rapide.

L’expulsion des familles, survenue un mois après la campagne, n’a pas permis d’assurer la couverture vaccinale complète des personnes concernées. Néanmoins, les médiateurs associatifs poursuivent leurs actions de sensibilisation, d’orientation et d’accompagnement, lors des interventions sur le terrain et en milieu hospitalier, pour que ces personnes puissent bénéficier du rappel vaccinal. Le Centre Hospitalier de Saint-Denis s’est positionné en partenaire privilégié pour assurer ce rappel.

La réussite de ces actions menées conjointement repose principalement sur le lien de confiance entre les habitants du bidonville et les intervenants de terrain, en l'occurrence les médiateurs de santé associatifs et du département. La préexistence de ce lien ainsi que la reconnaissance du rôle du médiateur par les acteurs de santé de droit commun rendent possible ce travail. »

Les médiateurs se sont formés à la démarche communautaire en santé avec l’Institut Renaudot

En tant que tiers qui facilitent la communication et la rencontre entre les personnes en situation précaire, vulnérable et les professionnels du social et de la santé, les médiateurs sont sensibilisés et intéressés par la démarche communautaire. La journée du 10 novembre visait à consolider des notions clefs : ce qui fait communauté d’intérêts, la valorisation des ressources des personnes et la démarche tout au long du projet. L’objectif est d'accompagner les médiateurs à mettre en œuvre une participation plus équilibrée entre élus, professionnels du secteur et habitants, en faveur de ces derniers qui sont souvent moins représentés et pris en compte dans la conduite des projets de santé.
En savoir + sur l'Institut et ses ressources

La HAS a démarré ses travaux de référentiels de médiation en santé.

«Les référentiels de  compétences, de formation et de bonnes pratiques» concernant la médiation sanitaire et par ailleurs l’interprétariat linguistique, sont prévus dans la Loi de Modernisation de notre Système de Santé.
Mandatée par le ministère des affaires sociales et de la santé, la HAS a démarré depuis octobre la consultation de parties prenantes à laquelle le PNMS a été associé.

Ces référentiels devraient être finalisés au printemps 2017 après une consultation publique.

En savoir + sur la loi

Un article sur la médiation sociale est inscrit au projet de loi «égalité et citoyenneté» pour acter une véritable reconnaissance du métier.

Porté par un amendement du réseau France Médiation, l’article 67 du  projet de loi "égalité et citoyenneté" propose d'inscrire la médiation sociale dans le code de l'action sociale et des familles, afin d'acter sa reconnaissance comme un véritable métier.
Voté en seconde lecture par l’Assemblée Nationale en novembre, le projet de loi définitif devrait être adopté par les deux chambres d’ici la fin de l’année 2016.
Cette consécration dans la loi viendrait compléter le travail de long terme engagé par les acteurs de la médiation sociale et culturelle pour la création d’une norme (AFNOR) définissant des référentiels métiers et de compétences.
En savoir +

« Nos poumons c’est du béton » - Film 

Le collectif des femmes vivant sur l’aire d’accueil à Hellemmes (59) se mobilise pour que soit reconnu l’impact sur leur santé de pollutions environnementales liées à des activités industrielles. Cet enjeu mobilise le PNMS qui travaille avec l’Inserm pour qu’une étude sur la santé des Gens du voyage et le lien avec l’habitat soit financée et conduite en France en 2017.
nos poumons c'est du béton !
Il est encore temps de vous inscrire pour participer à la journée de colloque, le 12 décembre à Paris.
Les tables rondes permettront d'échanger des conditions de la reconnaissance de la médiation en santé.
Inscrivez-vous au colloque

Le dernier rapport sur la prise en charge de l’hépatite C de l’ANRS et du CNS cite le recours à la médiation en santé dans ses recommandations à la ministre.

Le rapport rappelle que la population migrante, qui plus est en situation de vulnérabilité administrative et de précarité, est «particulièrement concernée par les infections chroniques par le VHC » et est du même temps, confrontée à «des difficultés de retard et de refus de soins» du fait de son éloignement des dispositifs de dépistage,  de son plus difficile accès à des soins spécialisés lié aux coût élevé des antiviraux à action directe (AAC) et des complexités d’accès à une prise en charge sociale.
Le PNMS a eu l’occasion de contribuer aux réflexions et consultations en juillet dernier.
La médiation en santé est plébiscitée comme un outil pour améliorer la prise en charge des personnes migrantes et étrangères infectées par le VHC (chapitre 4), en favorisant l’accès à la prévention par l’aller-vers ainsi que le suivi des personnes malades diagnostiquées – prérequis à  l’accès universel au traitement antiviral contre l’hépatite C  appelé de ses vœux par la ministre, Marisol Touraine.
Consultez le rapport.
Le rapport final d'évaluation de notre programme pour ses 4 ans de mise en œuvre (2013-2016) est publié.
Merci aux projets de médiation et à l'équipe d'évaluation externe !
Consultez le rapport.

Le PNMS a présenté son action dans le cadre du Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT)

En septembre dernier, l’AŠAV était à Nancy aux rencontres territoriales de la santé du CNFPT pour présenter le programme national de médiation sanitaire dans le cadre d’un atelier sur la prévention et les publics en grande vulnérabilité. Ces deux jours ont permis la rencontre de nombreuses collectivités, institutions et associations, notamment porteuses de projets pensés dans une approche communautaire, des dispositifs de médiation en santé, des expériences de santé sur les bidonvilles (dépistage tuberculose en Seine St Denis et intervention concertée entre collectivités, État et associations en faveur de l’état de santé des Roms à Strasbourg). La réduction des inégalités sociales de santé s'est posée comme une question transversale dans les échanges
En savoir + sur le programme des rencontres
Contact :
lucile.gacon@asav92.fr
 
Pour toute question ou vous désinscrire de la liste d'envoi, n'hésitez pas à nous écrire.
 
Retrouvez plus d'informations du programme de médiation sanitaire sur notre site :